Le Sharpei, une race de chien originale qui peut générer quelque frais…

Textes et photos Alain Lambert

En faisant l’acquisition d’un Sharpei, vous allez pouvoir réviser quelques notions de mathématiques élémentaires. De la géométrie avec ces petites oreilles équilatérales triangulaires et son corps inscrit dans un carré de 40 à 51 centimètres de côté. Il y a aussi des courbes irrégulières avec les fanons des replis de peau qu’il a sous le menton et une tête qui doit évoquer celui de l’hippopotame ce qui en fait un chien très apprécié de ceux qui aiment les toutous originaux. Sa queue, son fouet pardon, « en anneau peu serré » ou « étroitement enroulée » est autorisé par le standard à faire une jolie rotation.

Avec le sharpei vous pourrez aussi faire un peu d’anglais en parlant de son poil dur « horse coat » ou « brush coat », un poil à la texture « inhabituelle» qui n’excède jamais 2,5 centimètres et ne demande aucun toilettage particulier.

Une « peau de sable » assez fragile…

Pour avoir un sharpei, il faut avoir aussi quelques notions d’économie car c’est un chien qui peut engendrer des soins plus ou moins importants surtout lorsqu’il est très plissé . Si vous n’avez pas de chance, votre shar pei pourrait avoir des problèmes de peau (son nom en chinois signifie « peau de sable »). Ce sera toutefois l’occasion d’enrichir votre vocabulaire en apprenant des mots qui ne proviennent pas des cours élémentaires mais plutôt des écoles vétérinaires. Les yeux enfoncés et le surplus de plis peuvent générer un entropion, un enroulement de la paupière vers l’intérieur qui peut nécessiter des fils de contention voire une opération (après un an).

L’atopie est aussi un mot qu’on entend fréquemment avec ce type de chien. C’est une maladie qui provoque des lésions et des démangeaisons.

La fièvre familiale du sharpei permet de savoir qu’un chien doit avoir un degré de plus que nous en période normale (38,5) mais qu’avec cette maladie héréditaire il peut monter jusqu’à 42 degrés en un éclair. Ce n’est pas mortel si c’est soigné à temps mais c’est un peu traumatisant pour le chien comme pour le propriétaire. Le plus grave chez le sharpei, c’est lamyloïdose Rénale, une maladie qui génère (entre autres) une insuffisance rénale et des troubles de la coagulation. Pour éviter toutes ou partie de ces maladies, « il faut bien faire attention à trouver un chien issu d’un éleveur consciencieux qui testent les reproducteurs » nous dit Pascale Lebreuilly (Sharpei Club de France)

NaissanceSharpeiLof

Le sharpei n’existe en France que depuis une trentaine d’années. Les premiers spécimens ont été importés des États Unis en 1981. Il a été très en vogue il y a une dizaines d’années (avec 1691 naissances en 2009). Globalement, il s’en vend environ mille par an depuis 1993 et la durée de vie du Sharpei est inférieure à la moyenne canine. C’est pourquoi, il y a peu d’associations qui en proposent à l’adoption.


Quelques sharpei parisiens :

DeuxSharpeired

Standard officiel du Sharpei (n°309 – Fédération Cynologique Internationale)   TRADUCTION : Dr. J.-M. Paschoud et Prof. R. Triquet. ORIGINE : Chine. PATRONAGE: F.C.I. DATE DE PUBLICATION DU STANDARD OFFICIEL EN VIGUEUR: 14.04.1999. UTILISATION : Chien de chasse et de garde. CLASSIFICATION FCI: Groupe 2 Chiens de type Pinscher et Schnauzer,Molossoïdes et Chiens de montagne et de bouvier suisses. Section 2.1Molossoïdes, type dogue. Sans épreuve de travail. BREF APERCU HISTORIQUE : Cette race chinoise est connue depuis des siècles dans les provinces situées le long du littoral du Sud de la mer de Chine ; elle est probablement originaire de la ville de Dialak, province de Kwun Tung. ASPECT GENERAL: Chien de taille moyenne, actif, compact, au rein court, inscriptible dans un carré. Les rides sur le crâne, les plis au niveau du garrot, ses petites oreilles et son museau, qui rappelle celui de l’hippopotame, lui confèrent un aspect unique. Les mâles sont plus grands et plus puissants que les femelles. PROPORTIONS IMPORTANTES : La hauteur du Shar-Pei du garrot au sol est approximativement égale à la longueur du corps de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse, ceci particulièrement chez les mâles. La distance de la truffe au stop correspond à celle du stop à l’occiput. COMPORTEMENT / CARACTERE : Calme, indépendant, fidèle, affectueux envers les membres de sa famille. TETE: Plutôt grande par rapport au corps. Les rides sur le front et les joues se prolongent pour former le fanon. REGION CRANIENNE : Crâne : Plat, large. Stop : Moyen. REGION FACIALE : Truffe : Grande et large, de préférence noire, mais toute couleur correspondant à la couleur générale de la robe est admise. Les narines sont largement ouvertes. Museau : Il constitue un trait caractéristique de la race. Large depuis sa naissance jusqu’au bout, il n’a aucunement tendance à s’amenuiser. Lèvres et dessus du museau bien épais. Un renflement à la base de la truffe est toléré. Gueule : La langue, le palais, les gencives et les babines sont de préférence d’un noir bleuâtre. La langue tachée de rose est tolérée ; la langue entièrement rose est tout à fait indésirable. Chez les chiens à robe de couleur diluée la langue est entièrement de couleur lavande. Mâchoires/dents : Mâchoires fortes présentant un articulé en ciseaux parfait, c’est à dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées d’équerre par rapport aux mâchoires. L’épaisseur de la babine inférieure ne doit pas être telle qu’elle gêne la fonction des mâchoires. Yeux : Foncés, en amande, à l’expression renfrognée. L’iris d’une couleur plus claire est tolérée chez les chiens à robe de couleur diluée. La fonction du globe oculaire et des paupières ne doit en aucun cas être gênée par la peau, les plis ou les poils qui les entourent. Tout signe d’inflammation du globe oculaire, de la conjonctive ou des paupières est à proscrire. Pas d’entropion. Oreilles : Très petites, plutôt épaisses, en forme de triangle équilatéral, légèrement arrondies à l’extrémité ; elles sont attachées haut avec l’extrémité repliée dans la direction de l’œil. Elles sont bien placées en avant au-dessus des yeux, bien espacées et tombent bien appliquées contre le crâne. L’oreille dressée est un grave défaut. COU : Fort, de longueur moyenne, bien greffé sur les épaules. La peau lâche sous le cou ne doit pas être excessivement développée. CORPS : Chez les chiens adultes, les plis cutanés sur le corps sont très indésirables sauf au garrot et à la base de la queue, où il y a des plis d’importance moyenne. Ligne du dessus : Elle plonge légèrement derrière le garrot pour se relever légèrement sur le rein. Dos : Court, solide. Rein : Court, large, légèrement voussé. Croupe : Plutôt plate. Poitrine : Large et bien descendue ; la région sternale atteint le niveau des coudes. Ligne du dessous et ventre : Elle remonte légèrement vers le flanc. QUEUE : Epaisse et ronde à sa racine, elle s’amenuise en pointe fine. La queue est attachée très haut, trait caractéristique de la race. Elle peut être portée haut et incurvée, enroulée en boucle serrée ourecourbée au-dessus ou sur un des deux côtés du dos. L’absence de queue ou une queue écourtée sont à proscrire. MEMBRES ANTERIEURS :Vue d’ensemble : Les membres antérieurs sont droits, de longueur modérée et sont dotés d’une bonne ossature. Leur peau n’est pas plissée. Epaules : Musclées, bien attachées et obliques. Métacarpe : Légèrement incliné, fort et souple. Pieds antérieurs : De grandeur modérée, compacts, non affaissés. Les doigts sont pourvus de bonnes jointures. Il n’y a pas d’ergots aux postérieurs. MEMBRES POSTERIEURS : Vue d’ensemble : Musclés, solides, modérément angulés, d’aplomb par rapport au sol ; vus de derrière, les postérieurs sont parallèles. Des plis sur la cuisse, la jambe et le métatarse tout comme un épaississement de la peau au niveau du jarret sont indésirables. Jarret : Bien descendu. Pieds postérieurs : De grandeur modérée, compacts,non affaissés. Les doigts sont pourvus de bonnes jointures. Il n’y a pas d’ergots aux postérieurs. ALLURES : L’allure préférée est le trot. Le mouvement est dégagé, équilibré et énergique avec une bonne extension des antérieurs et une forte poussée des postérieurs. L es pieds ont tendance à converger vers l’axe central quand la vitesse augmente. La démarche guindée est un défaut. ROBE :
Qualité du poil : C’est une caractéristique de la race : court, dur et hérissé. Le poil est droit et écarté sur le corps, en général plus couché sur les membres. Il n’y a pas de sous-poil. La longueur du poil peut varier de 1 à 2,5 cm. Il n’est jamais toiletté. Couleur du poil : Toutes les couleurs unies sont acceptées sauf le blanc. Souvent, le poil de la queue et de la région postérieure des cuisses est d’une nuance plus claire. Un ton plus ombré le long du dos et sur les oreilles est toléré. TAILLE: Hauteur au garrot : 44-51 cm (17,5 à 20 pouces). DEFAUTS : Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien être du chien.DEFAUTS GRAVES: •Articulé autre que l’articulé en ciseaux (en guise de mesure transitoire, un très léger prognathisme supérieur e st toléré). •Museau en sifflet. •Langue tachetée (sauf langue tachée de rose). •Grandes oreilles. •Queue attachée bas. •Poil d’une longueur dépassant 2,5 cm. DEFAUTS ENTRAINANT L’EXCLUSION: •Chien agressif ou peureux. •Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d’ordre physique ou comportemental sera disqualifié. •Museau plat avec prognathisme supérieur important ; prognathisme inférieur. • Langue entièrement rose. •Lèvre inférieure enroulée gênant l’occlusion des mâchoires. •Yeux ronds, saillants ; entropion, ectropion. •Plis de la peau ou poils gênant la fonction normale des yeux. •Oreilles dressées. •Anourie ; moignon de queue. •Plis importants de la peau sur le corps ( sauf au garrot et à la racine de la queue) et sur les membres. •Couleur non unie (albinos, bringeures, plages de couleur, taches, chiens noir et feu, marque en forme de selle). N.B.: •Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum. •Seuls les chiens sains et capables d’accomplir les fonctions pour lesquelles ils ont été sélectionnés, et dont la morphologie est typique de la race, peuvent être utilisés pour la reproduction. OBSERVATION : Toute modification physique artificielle du SharPei (tout spécialement aux lèvres et aux paupières) élimine le chien de la compétition. (Standard numéro 309)

Laisser un commentaire