Comment apprendre la propreté à votre chien ?

Pas la peine de vous énerver en essayant de faire comprendre à votre chien ce qu’est la « propreté » car les chiens ne comprennent pas cette notion humaine bien trop compliquée.

Pour les chiens, l’urine, la crotte, la sueur n’ont rien de dégoûtant. Leur odorat exceptionnel fait qu’ils se passionnent pour les odeurs corporelles. C’est pourquoi, pour lui apprendre à faire dehors, il faut, surtout, qu’il ait une sensation agréable lorsqu’il fait à un endroit précis que vous aurez choisi.

Il faut donc le sortir très fréquemment en faisant un petit tour de quelques minutes autour de votre habitation. Faîtes ce trajet habituel, en particuliers, après son repas. Puis, qu’il fasse ou non, rentrez le à la maison

S’il n’a pas fait dehors, surveillez-le attentivement ou si cela vous est impossible, mettez-le dans une caisse de transport adaptée à sa taille (ce qui évitera qu’il ne fasse dans un recoin de votre habitation). Sortez le une demi-heure plus tard pour faire le même circuit. Renouvelez l’opération jusqu’à ce que le chien fasse ses besoins. Tôt ou tard, il fera ses besoins sur l’un des points du parcours.

Il faudra alors exprimer une joie immense. N’hésitez pas à y associer une petite récompense ou à sortir son joujou préféré quand il se sera exécuté.

Ensuite, ce sera un jeu d’enfant. Les chiens ont une excellente mémoire. Votre chien saura très vite où est l’endroit qui enclenche joie, alimentation et récompense. Et n’oubliez pas de ramasser quand il aura fait ses besoins car c’est le meilleur moyen pour vous faire apprécier par les gens du quartier !

Que faire quand on a perdu son chien ?

Le 14 juillet c’est la fête nationale, c’est connu ! Mais ce que l’on sait moins c’est que c’est aussi la fête des chiens perdus. Ce jour là, par peur des pétards et des feux d’artifices de nombreux chiens s’égarent.

Ce que l’on constate souvent, c’est que les propriétaires qui ont l’habitude de lâcher leurs chiens n’imaginaient pas un seul instant que leurs fidèles compagnons puissent fuir en courant. C’est pourquoi, il vaut mieux être prévoyant.

Même si votre chien revient facilement, n’oubliez jamais de lui mettre une médaille qui comporte votre nom et votre numéro de téléphone avec un anneau résistant. Assurez-vous que son collier soit solide, en bon état et vérifiez que votre chien ne puisse pas passer sa tête en dehors en reculant.

En France, l’identification par puce ou par tatouage de votre chien est obligatoire. Contacter l’I-CAD le fichier national d’identification des carnivores domestiques par internet ou par téléphone au 0 810 778 778 pour signaler sa disparition et pour savoir si vos coordonnées correspondent bien à son numéro d’identification. Faîtes le également dès vous changez d’adresse ou que vous le mettez en pension chez un tiers.

Si vous étiez en promenade quand vous l’avez perdu, inutile de courir partout. Il vaut mieux rester sur le parcours que vous avez pris avec lui, en revenant régulièrement à l’endroit où vous l’avez aperçu pour la dernière fois. Prévenez les différentes fourrières dès que vous êtes en mesure de le faire, en communiquant le numéro de tatouage ou de puce ainsi que la description précise de l’animal. Pas seulement celle de votre secteur (le chien peut changer de département) mais également celles des environs ; Bien entendu, les fourrières sont chargées de rechercher systématiquement les propriétaires. Cependant, entre les tatouages illisibles et les puces démagnétisées, il est préférable de prendre les devants. Attention ! Ne tardez pas à le faire car le temps de garde en fourrière n’est que d’une semaine. 8 jours après sa récupération, le chien deviendrait la propriété d’un refuge ou pire pourrait être euthanasié si vous n’allez pas rapidement le récupérer.

N’hésitez pas à contacter les mairies, les gendarmeries (en milieu rural) la police municipale (en milieu urbain), les refuges et les vétérinaires proches de l’endroit où vous l’avez perdu.

Dernier petit point qu’il ne faut pas négliger : vous êtes (vous ou les gardiens au moment de la fuite) civilement responsable des dommages que votre animal en liberté peut causer, par exemple un accident de la route. Vérifiez donc que les dégâts qu’il pourrait occasionner sont couverts par votre contrat d’assurance responsabilité civile.

N’oublions pas que « la prudence est la mère de toutes vertus » surtout quand on a un chien perdu !

Comment transporter son petit chien dans la ville ?

Pour transporter son chien dans la ville, il faut choisir un matériel adapté. Trop de chiens ont été blessés, voir tués, parce qu’une couture avait lâchée ou qu’un mousqueton s’était cassé. C’est pourquoi le choix d’un matériel ne doit pas être fait à la légère.
C’est particulièrement vrai si vous faîtes du vélo avec votre chien.
Plus vous allez prendre de vitesse avec votre animal plus le matériel doit être solide.

Sur ce sac à chien pour vélo, il y a un arceau métallique avec un système ingénieux qui permet de clipser en toute simplicité le panier sur un guidon de vélo. L’arceau rigidifie le sac mais l’ensemble est en toile. Une toile très solide certes mais une matière qui a peut de chance de protéger correctement le chien en cas de chute.
Vous serez donc peut être tenté par un panier à chien ridige en osier ou en plastique avec une grille. Cette solution aura l’inconvénient d’alourdir le vélo considérablement ce qui sous entend que le vélo sera plus compliqué à utiliser.
Il n’y a pas de solution miracle, il faut trouver le bon compromis…

sacRixenKaul2RED

A Paris, 1000 chiens par km2 ! Le ramassage est un priorité !

Le ramassage des déjections canines est une obligation à Paris. Quoi de plus normal dans la ville la plus habitée de France mais aussi la plus dense des capitales Européennes ? Avec ces 2 millions d’habitants et ces 100 000 chiens sur à peine plus de cent kilomètres carré (soit environ mille chien par km2) le ramassage est une priorité pour que ces animaux familiers soient appréciés.

Depuis l’arrêté de 2002 instaurant cette obligation dans la Capitale, les éducateurs canins et les médiateurs de notre société accompagnés de leurs chiens « citoyens » vont au contact des Parisiens. Ces spécialistes de la prévention canine sont là pour dialoguer avec les propriétaires de chiens, les informer sur les règles à respecter dans la ville et leurs distribuer des documents ou des sachets de ramassage. Leur rôle n’est pas répressif. Ils sont perçus comme des professionnels mandatés par la ville mais également comme des amis des chiens.

#chiencitoyenYou

Chaque semaine nos agents sensibilisent les propriétaires de chiens aux gestes citoyens !

velocargo13

 

 

 

 

Charte des Maîtres Citoyens

En milieu urbain, le chien est-il une nuisance ou une bénédiction ? Tout dépend de son éducation ! Depuis que nous travaillons au cœur des villes, nous avons constaté que ce qui fait la différence entre un chien « nuisible » ou un chien utile, c’est l’éducation que lui a donné son maître. Et pour avoir un chien sociable et bien éduqué, il n’y a qu’une solution : avoir un maître emprunt de civilité. Le respect des autres, des espaces partagés sont, par exemple, des valeurs citoyennes qui conduisent les humains possédant des chiens à bien se comporter.

chiencitoyenyou

On n’imagine pas un instant qu’une personne qui ramasse la déjection de son chien puisse, quelques minutes plus tard, jeter canette ou papier gras sur le trottoir. N’en déplaise à ceux qui ne le voit que comme un problème, le chien peut être un formidable médiateur, un exceptionnel vecteur de citoyenneté…

N’hésitez pas à nous rejoindre dans ce combat, en signant la charte des Maître Citoyens :

En ville, mon chien se tient bien !

1. En laisse, pas de stress !
Je lui apprends à me suivre correctement en laisse en milieu urbain.
2. Dans les lieux publics, il est fantastique !
Je lui apprends à rester calme à ma demande dans tous les endroits où les chiens sont autorisés.
3. J’aime mon chien, j’aime ma ville, je ramasse !
En ville, je ramasse ses déjections (ou j’utilise les sanichiens) et je respecte le travail des agents de la voirie
en ne le laissant pas uriner sur les poubelles.
4. Dans les parcs et jardins, je respecte le travail des jardiniers en préservant les espaces verts aménagées.

Dans la nature, il assure !

5. Je lui apprends à revenir immédiatement à mon appel dans les endroits où j’ai le droit de le lâcher.
6. En bon citoyen, je respecte le milieu dans lequel j’évolue, les personnes et les autres animaux.

Je prends le temps pour mieux le comprendre et pour mieux l’éduquer

7. Dans ma maison, je lui donne une place qui tient compte de sa nature de chien.
8. Chaque jour, je lui consacre du temps et lui donne l’exercice indispensable à son équilibre.
9. Je veille à sa bonne santé et à ce qu’il soit correctement tatoué (ou qu’il ait une puce d’identification).
10. Je m’informe sur ses capacités et sur son mode d’apprentissage.
11. Je définis des règles de vie commune adaptées au monde des chiens et des humains.
12. Pour l’éduquer, j’utilise des méthodes qui privilégient la joie et la récompense et je refuse les mauvais traitements.

Pour signer la charte, suivez ce lien :

http://www.preventioncanine.com/joinUs.php

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑