Les greyhound, whippet ou petits lévriers italiens sont-ils des chiens hors du commun ?

Ceux qui me lisent régulièrement savent que je ne porte pas dans mon cœur les plates formes internet qui tuent le travail des petits commerçants. Et pourtant ! Pour ne pas courir chez un vendeur de DVD ou de Blue Ray, J’ai payé 9,99 euros pour regarder « Forrest Gump » sans bouger de mon canapé. Covid19 et impatience ont eu raison, en trois secondes, de mes belles théories sur la mondialisation. En deux clics, j’ai suis devenu propriétaire d’une suite de 0 et de 1 en achetant le droit de regarder ce film sur mon ordinateur ou sur mon Smartphone. Quel rapport a donc cette histoire numérique avec ces chasseurs de lièvres ? Me direz-vous.

Les fuites effrénées, digne d’un Saluki, de l’enfant qui « dés qu’il allait quelque part le faisait en courant » ? Le « méchant » molosse de la grand mère de Genny ? Les « boites de chocolat«  qu’il ne faut jamais donner à son Galgo parce qu’il digère mal la théobromine ? Rien de tout cela ! Ce qui m’a fait acheter 9,99 euros (une somme !) la formidable et génialissime adaptation cinématographique du roman de Winston Groom sur Youtube, ce sont les scènes de bus qui jalonnent le parcours de Forrest tout au long du film. J’étais persuadé que les autocars qui s’arrêtent régulièrement devant son banc faisaient partis de la seule société de transport au monde qui porte le nom d’une race de chien : la « Greyhound lynes ». J’ai visionné les plans du film cinq ou six fois pour voir le fameux lévrier dessiné sur les bus qui passent devant Forrest. J’aurais juré en avoir vu un quand j’avais regardé le film au cinéma en 1994 ! Rien de Rien ! Et pour cause : l’histoire se passe dans le sud des Etats Unis. Les autocars de cette compagnie nordiste ne passaient jamais en Alabama . Bon sang de bois ! Je vous ai obligé à lire tout cela et j’ai renié mes beaux principes anti mondialisation pour en arriver là ! Qu’à cela ne tienne dans le film, il y a d’autres moments qui m’ont fait penser au plus rapide de nos chiens domestiques. L’aptitude à la course évidemment.

Le greyhound, un chien qui court comme souffle le vent !

Il y a tout ce qu’il faut dans la morphologie des lévriers pour faire une bête de course. Un long museau pour bien respirer, une cage thoracique développée et de longues pattes musclées. Le greyhound est considéré comme le plus rapide d’entre eux (jusqu’à 70 kilomètres heure en vitesse de pointe). Dans mes parcours photographiques quotidiens, je n’ en ai vu que quelques uns à Paris. Il suffit de regarder la courbe des naissances au Livre des Origines Françaises de la Centrale Canine pour le comprendre. En 2019, cette race n’a compté que 75 naissances.

En revanche le Whippet, la réplique miniature du Greyhound, est plus fréquent sur les trottoirs parisiens. En voici quelques exemplaires :

Les lévriers sont-ils moins intelligents que les autres races de chiens ?

Dans le film, il y a d’autres moments qui m’ont fait penser à ce type de chiens. Le passage ou le directeur de l’école explique à la mère de Forrest qu’ « il est différent. Il a seulement un QI de 75 » et lui montre sur un graphique ce qu’est une « intelligence normale« . Cela m’a évoqué cette idée reçue qui fait du lévrier un chien pas très malin qui « n’a pas de tête mais qui a des jambes« . Un apriori qui est devenu une théorie dans le classement ahurissant du livre « l’intelligence des chiens » de Stanley Coren. Il indique, dans un tableau qui classifie « l’intelligence par race », que le Lévrier Afghan est 79eme sur 79. Selon l’auteur, ce lévrier atteint le « niveau d’intelligence de travail et d’obéissance le plus bas. Pendant le dressage initial, il faut parfois aux chiens de ces races entre trente et quarante répétitions avant qu’elles aient le moindre soupçon d’idée de ce qu’on attend d’eux… » Dans ma carrière de conducteur de chiens j’ai eu des lévriers malins d’autres moins. Ce qui, à mon avis, n’est pas très fin c’est de considérer l’intelligence comme une qualité qui se transmet uniformément dans une race de chien. Comme tous les chiens, certains ont plus de capacité que d’autres car ce sont avant tout des individus et rien de plus. Ce n’est pas, par exemple, parce que le lévrier de cour italien a une tête d’elfe de maison qu’il faut croire qu’il manque de compréhension.

Les lévriers ont-ils l’intelligence des elfes de maisons ?

Le plus petit des lévriers, le petit lévrier italien qui pèse moins de 5 kilos pour un trentaine de centimètres de haut n’a pas pour autant un tout petit cerveau …

Textes et photos Alain Lambert

Laisser un commentaire